Les taux de l’épargne en 2014

Les taux de l’épargne en 2014

Les taux de l’épargne au 1er Février 2014 sont maintenus identiques à ceux de 2013 par décision du ministre de l’Economie et des Finances.

  • Livret A:

    La rémunération non imposable du Livret A est maintenue au taux de 1,25% au 1er février 2014, ce qui reste un taux historiquement bas.
    Néanmoins, le taux rémunérateur du livret A étant indexé sur l’inflation majorée de 0,25%, son taux rémunérateur aurait du être ramené à 0,75%.
    Le plafond du Livret A est fixé à 22 950 €.

  • Livret Développement Durable (LDD) :

    Le LDD a un fonctionnement identique au Livret A avec un rendement similaire soit 1,25% au 1er février 2014.
    Le LDD est un produit destiné aux banques alors que le livret A est un produit délivré par la Caisse d’Epargne ou La Poste.
    Comme dans le cas du livret A, les intérêts sont défiscalisés et l’épargne disponible.
    Le plafond du LDD est fixé à 12 000 €.

  • Livret Epargne Populaire (LEP) :

    Le Livret d’épargne populaire (LEP) a une rémunération également indexée sur celle du Livret A mais supérieure de 0,5 point.
    Le taux de rendement du LEP se maintient à 1,75% pour l’année 2014.
    Jusqu’en 2013, ce produit était réservé aux foyers dont le montant de l’impôt ne dépassait pas 769 euros.
    En 2014, ce montant d’impôt maximum est remplacé par un plafond de revenus qui ne doit pas dépasser 1,8 fois le montant du seuil du RFR (Revenu Fiscal de Référence) soit 19 140 € pour un célibataire.
    Ce plafond varie selon la composition fiscale du foyer.
    Il est relevé de 5 111 € par demi-part fiscale supplémentaire accordée pour les personnes ou enfants à charge.
    Bien que plus complexe dans le calcul, cette nouvelle mesure en vigueur en 2014 est bénéfique pour les épargnants.
    Le plafond du LEP est fixé à 7 700 €.

  • Compte Epargne Logement (CEL) :

    Le Compte Epargne Logement (CEL) reste de faible rémunération.
    Son taux brut de rendement correspond au deux tiers du Livret A soit 0,75% bruts et 0,63% nets après prélèvement sociaux, ce qui équivaut à peu prés au taux d’inflation.
    Les intérêts générés par le CEL sont, en 2014, soumis à l’impôt sur le revenu.
    Le plafond du LEP est fixé à 15 300 € (hors intérêts).

  • Plan Epargne Logement (PEL) :

    Le taux du Plan Epargne Logement est maintenu à 2,5% avant prélèvements sociaux, soit un taux de 2,11% nets.
    Le PEL est un placement à moyen terme dont les intérêts sont défiscalisés.
    Le PEL permet de bénéficier d’un prêt immobilier bonifié à 4,2% ainsi que d’une prime d’Etat de 1 000 € à 1 500 € pour acquérir une résidence principale ou agrandir son logement sous condition de capitaliser pendant 4 ans.
    Le plafond du PEL est fixé à 61 200 € (hors intérêts).

Les articles qui pourraient vous intéresser

Faire construire sa maison individuelle en profitant du PTZ+ (Prêt à Taux Zéro +)

Le dispositif du PTZ+ a été mis en place par l’Etat pour permettre aux primo-accédants ayant des revenus modestes d’acquérir, dans le neuf, leur première résidence principale. Le PTZ+ est un crédit gratuit, sans frais de dossiers et dont les intérêts sont pris en charge par l’Etat. Considéré comme prêt complémentaire, le PTZ+ ne finance qu’une partie de l’opération d’acquisition mais présente l’avantage d’être considéré comme apport par les banques. Réaliser votre rêve de maison en faisant construire votre maison individuelle par Maisons France Confort peut vous permettre, encore pour deux ans, de bénéficier du Prêt à Taux Zéro (PTZ+) pour financer une partie de votre opération. En effet, les conditions d’attribution du Prêt à Taux Zéro renforcé (PTZ+) fixées par décret mis en application au 1er Janvier 2014, sont identiques à celles de 2013 jusqu’à la fin de l’année 2015. L’éligibilité au PTZ+ ainsi que son montant et sa durée sont fonction de plusieurs conditions liées à l’emprunteur mais aussi à la construction : Etre primo-accédant ou ne pas avoir été propriétaire d’une résidence principale depuis au moins les 2 années précédant la demande de prêt. La construction doit être neuve, La construction doit constituer la résidence principale de l’emprunteur, La construction doit également répondre aux critères de performances énergétiques définies par le label BBC 2005 ou respecter la réglementation thermique 2012 (RT 2012) La localisation géographique dans laquelle se situe la construction selon son classement en Zone A –B1-B2-C, Le plafond de ressources du foyer fiscal (Revenu Fiscal de Référence pour le couple) qui ne doit pas excéder 50 400 € pour la Zone A et 25 900 € pour la zone C. Le nombre d’occupants du foyer et, à compter du 15 Janvier 2014, la prise en compte du Revenu Fiscal de Référence de chaque personne destinée à occuper le logement. Toutes les maisons réalisées par Maisons France Confort sont conformes aux normes énergétiques exigées pour l’obtention d’un PTZ+ destiné à l’acquisition d’une résidence principale neuve. Maisons France Confort, toujours soucieux du service apporté à ses clients, met à votre disposition ses conseillers pour établir, avec vous, le meilleur plan de financement, vous procurer toutes les informations nécessaires à l’obtention de vos crédits et vous aider dans vos démarches.
Lire la suite

Le prêt action logement

L'emprunteur doit remplir les conditions suivantes : être salarié (ou retraité depuis moins de 5 ans) d'une entreprise privée non agricole employant 10 salariés au moins. il doit justifier de revenus (revenu fiscal de référence) inférieurs aux plafonds du Prêt locatif intermédiaire au titre de l'année n-2 (ou n-1 si plus favorable). il doit être primo accédant ou en mobilité professionnelle (auquel cas il n'est pas nécessairement primo accédant). Enfin le logement doit être occupé à titre de résidence principale. De plus certaines conditions concernent le logement. Un prêt « Accession » peut être accordé par un organisme collecteur 1% logement (Action logement) pour la construction (y compris l'achat du terrain pour la construction) ou l'acquisition d'un logement sans travaux. Le logement doit être construit ou acquis sur le territoire métropolitain ou dans un département d'outre mer. Le logement doit respecter des conditions de performance énergétique qui sont celles de la RT 2005 (réglementation thermique applicable aux bâtiments neufs pour lesquels le permis de construire est postérieur au 1.9.06). S'il s'agit de l'acquisition d'un logement ancien sans travaux, il doit au moins être classé en D sur l'étiquette énergétique reproduite dans le DPE, diagnostic de performance énergétique établi lors de la vente du logement. Caractéristiques du prêt Le prêt « Accession » doit être déterminant pour la réalisation de l'opération. Le montant maximum du prêt correspond à 30% du coût total de l'opération, dans une fourchette comprise entre : 15.000 et 25.000 € en zone A, 15.000 et 20.000 € en zone B1, 7.000 et 15.000 € en zone B2, 7.000 et 10.000 € en zone C. Ces montants peuvent être majorés, dans la limite de 50% de travaux spécifiques d'accessibilité, à hauteur de 16.000 € maximum. Par ailleurs, une majoration du prêt (à hauteur de 5.000 €) concernera les salariés qui seront : en situation de mobilité professionnelle ; acquéreurs d'un logement dans le cadre de l'accession sociale à la propriété (opérations Prêt social locatif aidé ou logements situés dans les zones faisant l'objet d'une convention de rénovation urbaine) ; locataires sortants du parc HLM (zones A et B1). Où déposer la demande de prêt ? Le salarié dépose sa demande de prêt auprès de son employeur. S'il s'agit d'un logement neuf, ou ancien dans lequel des travaux doivent être effectués, la demande d'octroi de prêt en cas de mobilité professionnelle, doit être présentée dans les 24 mois à compter du changement de lieu de travail entrainant un changement de domicile. Le prêt « Accession » d'Action Logement n'est pas accordé automatiquement. L'emprunteur doit s'adresser à l'organisme collecteur auprès duquel son entreprise verse sa participation à l'effort de construction ou à l'organisme collecteur le plus proche (CIL/CCI).
Lire la suite